Thèses

  • Guy Bakumba Mangitukulu, Urbanisation, transport et circulation dans la ville de Kinshasa, (doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; école doctorale de l’ISAU, Kinshasa ; promoteur : Victor Brunfaut), en cours.
  • Yasser Nassim Benzagouta, Les politiques de logements à Constantine, (doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Victor Brunfaut), 2015 – en cours.

Descriptif : La politique du logement en Algérie, et malgré l’attention que lui accorde l’État, n’a toujours pas trouvé d’issue probable. Après l’échec de la période d’industrialisation et des grands ensembles algériens l’état s’est tourné vers  les villes nouvelles qui étaient censées améliorer le parc immobilier en offrant une architecture en conformité avec les attentes des habitants. La réalité était toute autre, ces dernières, à l’image de Ali Mendjeli (ville nouvelle de Constantine)  n’ont fait que  reproduire la même architecture tant critiquée des grands ensembles algériens. La réaction des habitants face à ce modèle inadéquat imposé s’est ressenti à travers les transformations qu’ils n’ont pas hésité à apporter au cadre bâtit. De ces constations est née la présente recherche qui s’inscrit dans une perspective d’analyse de ces phénomènes de transformations, leurs origines, les facteurs qui les génèrent.

  • Catalina C. Dobre, Urban Stormwater management : possible catalyst for moving towards a Water Sensitive City = Gestion de l’eau de pluie dans la ville dense : un catalysateur de la « Ville Sensible à l’Eau ?, (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER + Centre des Laboratoires Associés pour la Recherche en Architecture Clara / unité de recherche Louise ; promoteur : Luisa Moretto), 2013 – en cours.

Descriptif : Au niveau mondial, les dommages environnementaux dus à une consommation linéaire des ressources naturelles et l’inefficacité du système de gestion de l’eau avec l’augmentation de la population, l’urbanisation et les effets des changements climatiques mettent en question l’adaptabilité du système actuel. Développée en Australie, la sensibilité à l’eau propose une transition du système vers un cycle de l’eau durable en s’appuyant sur une rapproche à la nature et les habitants. Ma recherche vise à comprendre comment les moyens d’évaluation peuvent assister cette transition. J’analyse, par une participation active, le rôle des moyens d’évaluation dans deux initiatives ‘bottom-up’ initiés par des communautés locales dans la Région de Bruxelles Capitale afin d’assurer la transition vers un cycle durable de l’eau.

  • Young Soon Choi, Nouvelles perspectives des villes historiques. Patrimoine architectural et transmission : Les stratégies patrimoniales, les acteurs et les enjeux liés au développement durable dans les quartiers et villes historiques orientales, (doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Victor Brunfaut), en cours.
  • Giorgia Donin, Alternative arrangements for water supply and sanitation services under a socio-ecological perspective in Ouagadougou, Burkina Faso, (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2016 – en cours.
  • Mohammed El Mrabet, Promouvoir l’habitat social dans les médinas du Maroc. Un moyen pour lutter contre le menaçant ruine. (doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Bertrand Terlinden), en cours.
  • Arsène Ijambo Kambaza, Développement durable de l’autoconstruction dans les villes congolaises : identification d’un référentiel, (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Bertrand Terlinden ; co-prom. : Bernard Deprez), en cours.
  • Jean-Pierre Ilito Boozi, Co-production institutionnalisée des services urbains d’eau potable et d’assainissement adéquat à Kinshasa, R.D.Congo, (dans le cadre de l’école doctorale de l’ISAU, Kinshasa : doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2013 – en cours.

Descriptif : Dans le contexte des pénuries d’accès aux services d’approvisionnement d’eau potable et d’assainissement adéquat (AEPA) dans le périurbain de la ville de Kinshasa, cette recherche porte sur l’analyse de l’échelle de collaboration et de reconnaissance des pratiques de gestion communautaire participative entre l’État et les groupes de citoyens, coproducteurs des services d’AEPA, non desservie par le réseau officiel. A cet effet, cette thèse à travers le concept de coproduction institutionnalisée des services d’AEPA, cherche à interroger le processus de la gouvernance du secteur par le référentiel de la décentralisation pour un accès qualitatif et durable à la fourniture des ménages au niveau local dans les villes du Sud en général et dans le périurbain de Kinshasa, en particulier.

  • Abdou Kailou Djibo, Impacts de la planification et de la gouvernance urbaine dans la fourniture en eau potable  et l’assainissement dans la ville de Zinder au Niger (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2014 – en cours.

Descriptif : A la fin des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD 2000-2015), l’accès à l’eau potable et à l’assainissement se pose toujours avec acuité. La situation est beaucoup plus préoccupante en Afrique où vit 80% de la population mondiale n’ayant pas accès à l’eau potable. Au Niger, pays sahélo-saharien, on estime aujourd’hui que la population augmente au rythme de 3,9% par an, soit un doublement tous les 20 ans. A ce rythme, il est difficile de lui fournir les services sociaux de base en général et l’eau et l’assainissement en particulier. Les défis sont plus colossaux pour les villes dont le taux de croissance urbaine est encore plus élevé, de l’ordre de 5% par an. Comment dès lors, planifier les services urbains de l’eau et de l’assainissement ? La ville de Zinder, deuxième plus grande ville du Niger nous servira de cadre d’étude.

  • Emeritte Kaleka-Nkole, Un prototype d’habitat anti-érosif à Kinshasa, (école doctorale en urbanisme et art de bâtir, Universités de Liège et ULB, promoteur : Bertrand Terlinden), en cours.
  • Dounia Khireddine, Requalification des centres anciens. Vers une reconquête de l’identité territoriale, à travers l’émergence touristique – Etude de cas : Timimoune, Algérie (École doctorale en « art de bâtir et urbanisme » Promoteur : Bertrand Terlinden). Octobre 2015 – en cours.

Descriptif : Le canevas de la recherche est la valorisation de l’identité territoriale dans un processus de mutations urbaines au travers d’un développement touristique, économique et social. Participer ainsi à la sauvegarde de cet espace vivant, ce lieu, en conciliant: patrimoine_mode de vie_ et tourisme. Aussi, faire que l ’urbanisme soit un projet de société dans l’espace et dans le temps. Cette recherche a pour objet la requalification des ksours de Timimoune à travers deux composantes: le tourisme alternatif et la sauvegarde du patrimoine. Paradoxalement, le tout reste fortement lié, car sans une bonne planification, certaines destinations touristiques ne seraient plus en mesure de perpétuer leurs viabilités, vu l’activité menant à la dévastation du trésor culturel et de l’identité locale. En parallèle, l’attrait de cette même activité ne continuera qu’en adoptant des actions de sauvegarde, de restauration et de revitalisation de ces structures qui finalement pourraient se doter des moyens nécessaires pour cette même réaffirmation grâce au tourisme, d’où l’intérêt d’aborder cette thématique. La difficulté est d’arriver à contenir la masse touristique et de parvenir à assurer un équilibre avec le mouvement de requalification de ces centres fragilisés, tout en assurant la longévité dynamique de leurs abords. Comment faire éclore une dynamique territoriale au niveau local, national et international? Comment mieux inscrire cet outil dans une démarche soucieuse d’assurer un développement durable?

  • Olivier Malclès, Tectonique et récit constructif dans les architectures suisses romandes contemporaines, (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER / CLARA – Hortence ; SaSHa ; promoteur : Axel Fisher), octobre 2015 – en cours.

Descriptif : Les conditions de production d’architecture en Europe ont, depuis 20 ou 30 ans, considérablement changé, façonnant un cadre de contraintes excessivement serré et rendant les édifices éminemment plus technologiques et lisses. Peut-on encore, dans ce contexte, comme le souhaitait K. Frampton, « remettre en exergue la dimension poétique de la construction » ? Comment, le cas échéant, cette tectonique, peut-elle  participer du dialogue entre l’édifice et son contexte ? Nous tenterons de répondre à ces questions via l’étude d’architectures  suisses contemporaines. Ce corpus singulier sera également l’occasion d’éprouver la singularité des architectures produites en Welschland.”

  • Etienne Ngendakumana, Restructuration soutenable du bidonville Bwiza: Approche éco-systémique de conception de l’habitat urbain abordable, dense et évolutif en terre et bambou (doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, promoteur : Bertrand Terlinden), en cours.
  • Quentin Nicolai: Forêts sacrées et aires protégées: usages, perceptions, actions. Projet de recherche FNRS : « Espaces publics de la ville Africaine entre usage et projet : le cas des villes d’origine pré-coloniale du Sud-Bénin »  (FNRS PDR 2014-2018, référence T.1097.14), école doctorale en art de bâtir et urbanisme, promoteur : Victor Brunfaut), septembre 2014 – en cours

Descriptif : Les « forêts sacrées » désignent dans le Bénin méridional des îlots forestiers considérés comme des lieux de cultes vodun sous la responsabilité de prêtres ou de collectivités. Elles se distinguent par les divinités qu’elles abritent et les circonstances de leur fondation. Dans le contexte actuel de transformation du pouvoir local et d’explosion démographique dans les localités abritant ces sites, on constate aujourd’hui une attention particulière des politiques nationales et internationales qui, inquiets de voir ces îlots disparaitre, tentent de mettre en œuvre des mesures d’aménagement en vue d’en préserver les ressources. À partir d’un travail de terrain sur le plateau d’Abomey dans le Sud-Bénin, cette recherche se focalisera sur la mise en œuvre concrète et matérielle des projets d’aménagements dans les forêts, et sur les résistances et les usages contestataires qui en sont fait par les populations. Pour ce faire, ce travail entendra sortir du cadre restreint des forêts telles qu’elles ont été abordées essentiellement jusqu’ici, pour s’intéresser aux relations qu’elles entretiennent avec les lieux habités, et à la place qu’elles occupent dans la composition des territoires. Ce travail mettra en exercice une approche basée sur le relevé et l’entretien non-directif. Il entendra montrer ce que les architectes peuvent apporter dans des études abordées essentiellement par les sciences sociales et sciences naturelles.

  • Price Njanda, Architectures africaines : du vernaculaire au véhiculaire, (école doctorale en urbanisme et art de bâtir, ULB, promoteur: Victor Brunfaut), en cours.
  • Jean-François Pinet, Ruralités contemporaines en Afrique, étude des mutations des villages Dendi (nord Bénin), (Aspirant F.R.S.-FNRS, doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Victor Brunfaut), 2015 – en cours.

Descriptif : La recherche porte sur les structures bâties et les logiques de peuplement du Dendi, région sahélienne transfrontalière située le long du fleuve Niger. En étudiant les différents villages de la région de manière transcalaire, sur le plan des formes urbaines et architecturales, ainsi qu’au travers des techniques constructives et de la transmission de ces techniques, nous souhaitons enrichir et développer les réflexions liées à l’analyse des villes et villages contemporains en Afrique de l’Ouest. Cet enrichissement est à considérer tant en terme de contenu que de méthode, la recherche visant à appliquer de manière originale et réflexive des outils de relevé et d’analyse dont le recours s’est jusqu’ici limité aux seuls contextes urbains consolidés.

  • Yves Robert, Le patrimoine à l’épreuve de la mondialisation. Patrimonialité et patrimonialisation en Afrique, (école doctorale en urbanisme et art de bâtir, ULB, promoteur : Jean-Louis Genard), en cours.
  • Sara Tassi, Des dedans aux dehors : « espaces publics » d’origine précoloniale dans le Bénin méridional, (Aspirant F.R.S.-FNRS, doctorat en « art de bâtir et urbanisme », Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Victor Brunfaut), 2014 – en cours.

Descriptif : La recherche entend épaissir la réflexion sur la notion d’espace public dans les villes d’origine précoloniale du Sud-Bénin. A partir d’un travail de terrain à Porto-Novo, capitale politique du Bénin, je me focaliserai sur l’analyse des espaces publics d’origine précoloniale désignés par le terme hɔnto dans la langue endogène. Devantures des concessions lignagères, ces espaces, sont aujourd’hui des propriétés juridiquement publiques. Néanmoins, ils continuent à être considérés comme des lieux sous la protection des collectivités qui sont chargées à la fois de faire respecter leurs interdits religieux et de contrôler leurs modalités et temporalités d’usage. Oubliés jusqu’à une date récente par les différents acteurs urbains concernés, les hɔnto font, aujourd’hui, l’objet d’une attention particulière de la part des bailleurs nationaux et internationaux qui tentent de mettre en œuvre des mesures d’aménagement pour en valoriser les enjeux culturels, historiques et identitaires. Les objectifs et les intérêts de chaque acteur peuvent présenter des affinités ou des concurrences qui relèvent d’une articulation dynamique des modes différents d’appréhension et de gestion de ces espaces. A travers la mise en exercice d’une analyse spatiale située, je viserai la qualification des points d’oppositions et de convergences de ces différentes modalités. Une telle analyse permettra d’avancer une lecture critique des instruments opérationnels de gestion et de planification urbaine en dépassant les oppositions binaires qui les accompagnent (habité/naturel, public/privé, sacré/profane, etc). En filigrane, ma contribution sera d’alimenter une réflexion symétrique autour des outils propres à la recherche architecturale et urbanistique : en quoi le contexte ouest-africain pourrait mettre en question, voire en crise, ces outils? Mais aussi, quels peuvent être les apports spécifiques de ces outils et méthodes dans un champ d’étude abordé principalement par les sciences sociales?

  • Michele TenzonMichel Écochard’s rural resettlement schemes in Morocco: a spatial history (Research Fellow – Ph.D. Candidate, Faculté d’Architecture La Cambre Horta, Université Libre de Bruxelles, Habiter – Study centre in development, territories and landscape, Modscapes – Modernist reinvention of the rural landscape (Hera-funded collaborative research project; promoteur: Axel Fisher), 2016 – ongoing.

Abstract: This project deals with rural development schemes (1947-1970s) developed in Morocco by a team of French planners led by Michel Écochard, working first for the French Protectorate’s Service de l’urbanisme and later as consultants to Independent Morocco.
These schemes addressed the development of the Gharb region, entailing the establishment of 80 rural settlements closely bound to railways and irrigation infrastructures. Such a planning endeavour involved manifolds objectives: containing rural exodus, fostering the modernisation of agriculture and settling semi-nomadic indigenous populations.
As an unconventional episode in modernist colonial architecture this largely unexplored case study is approached through four research questions:
– in retrospective terms, how can documenting the Gharb experience shed a new light on European modernist planning history?
– in terms of assessing the impact these schemes had on the landscape over time, what do we learn on the present situations of the Gharb by tracking its changes since the 1940s?
– in prospective terms, how can the tracing of the Gharb landscape’s transformations be useful to understand its current challenges?
– in methodological terms, the twofold nature of the research, which stands halfway between architectural history and landscape studies, requires to borrow tools from neighbouring fields: architectural design, mapping, and landscape analysis. How can this approach challenge the conventional architectural history methods and contribute to the advancement in the field?
To this end, the research combines desktop and fieldwork data collection, drawing on fresh and unpublished archival material and literature review to document the schemes, tested against on-site surveys and interviews to measure their impact on the landscape over time. Such data are processed in original maps and graphic works to render in visual and spatial terms Ecochard’s schemes’ rationale, and the subsequent evolution in the Gharb’s landscape.

  • Martin Tshisuaka-Ngalula, La ville de Mbuji-Mayi face au concept de Shrinking city: Réalités d’un déclin urbain, (dans le cadre de l’école doctorale de l’ISAU, Kinshasa : doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Victor Brunfaut), 2013 – en cours.

Descriptif : La ville de Mbuji-Mayi est l’une des principales villes de la R.D.Congo. Elle prit son essor en 1918 grâce à la découverte du diamant et devint par la suite l’une des capitales mondiales du diamant industriel. Vers 2005, le secteur du diamant industriel connu un effondrement qui entrainât la faillite de la Miba (la société productrice du diamant) ainsi que l’effondrement du système socioéconomique de la ville. les conséquences furent: la délocalisation des activités commerciales; le chômage du personnel de la Miba et un important mouvement de déplacement de la population vers d’autres villes du pays. ces conséquences étant dans une certaine mesure proches de celles que l’on rencontre dans les pays qui ont expérimenté le phénomène du shrinking city, notre recherche part de l’hypothèse que Mbuji-Mayi est une shrinking city et nous allons tenter de le démontrer.

  • Raphael Washe Tshilumba, Participation des habitants à la production d’un aménagement durable du plateau des Batékés, (dans le cadre de l’école doctorale de l’ISAU, Kinshasa : doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2014 – en cours.

Descriptif : Le projet porte sur le processus de transformation d’un territoire rural en interface périurbaine. L’objectif de la recherche est double ; comprendre d’une part, le processus de transformation d’un territoire rural en interface urbaine à partir d’un projet d’appui au développement initié par un bailleur de fonds et d’autre part, les interactions avec le milieu rural et urbain à l’issue du processus. Les besoins des villes du Congo en ressources énergétiques et alimentaires induisent à un perpétuel étalement qui rend complexe leurs gestions déjà difficiles. Les territoires potentiellement riches en ressources naturelles deviennent pour les villes du Sud, des nouveaux centres fournissant à la fois emploi, logement et alimentation pour les plus pauvres. L’adéquation avec les objectifs du développement durable et la pertinence de modes d’intervention des pouvoirs publics pour atteindre ces objectifs et principalement la réduction de la pauvreté constituent le soubassement d’une méthodologie qui évalue les interventions majeures de deux grands projets, l’un initié par l’Union Européenne et l’autre, par le Gouvernement Congolais sur les habitants d’un territoire rural en transition en même temps que les transformation induites sur un territoire initialement rural et sur des lieux précis dans la ville de Kinshasa.

  • Lia Gabremariam Woldetsadik, Institutionalizing the Process of Strategic Planning under Ethnocentric Federalism  (En-cotutelle avec l’EiABC, Addis Ababa University, doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2014 – en cours.
  • Bisrat Woldeyessus, Co-operative Urbanism’ : Re-Thinking Co-operatives as Facilitators of Sustainable Urbanization in New Emerging Small Towns of Ethiopia. (En-cotutelle avec l’EiABC, Addis Ababa University, doctorat en art de bâtir et urbanisme, Faculté d’architecture La Cambre Horta, centre de recherche HABITER ; promoteur : Luisa Moretto), 2014 – en cours.