Projets

Nous présentons ici la liste des principaux projets et activités de recherche scientifique effectuées au sein du centre HABITER durant des 3 dernières années, en signalant que derrière cette liste se cache aussi le montage de nombreux projets et de candidatures qui n’ont pas toujours pu aboutir à l’obtention de financements.

Projets en cours

  • 2016-2021 : Création d’un « Centre de compétences en gestion urbaine des villes patrimoniales du Bénin », projet de recherche pour le développement PRD – ARES, Victor Brunfaut (promoteur), Yves Robert (gestion du projet), 496.000 €. Le projet encadre (comité de suivi, école doctorale) et valorise (publications, colloque) quatre recherches doctorales relevant de disciplines spécifiques et complémentaires, afin de capitaliser des connaissances et des expériences et d’opérationnaliser des bonnes pratiques sur les enjeux du patrimoine urbain comme levier de développement économique, social et culturel au Bénin. Le projet va également mettre en place à Porto-Novo un Centre de compétences en gestion urbaine des villes patrimoniales du Bénin.
  • 2016-2019: « MODSCAPES: Modernist reinventions of the rural landscape », projet collaboratif européen, 3è programme de recherche conjoint du réseau HERA – Humanities in the European Research Area (financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon2020 de l’Union Européenne, ref. n°649307). Promoteurs: Luisa Moretto (Project leader). Chercheurs: Axel Fisher, Michele Tenzon. Budget total: 1.145.000€ – budget ULB: 200.000€. MODSCAPES traite de nouveaux paysages ruraux produits par des schémas/projets de développement rural et de colonisation agricole (SDCA) de grande échelle, mis en œuvre au 20è siècle à travers l’Europe et au-delà. Conçus dans des contextes politiques et idéologiques différents, les politiques de développement rural et de colonisation agricole (PDCA) sous-tendues à ces projets/schémas jouèrent un rôle crucial dans la construction des identités nationales et de la structure institutionnelle des états concernés, ainsi que dans la modernisation des campagnes. Ces politiques et projets ont également représenté un terrain d’essai pour les idées et les instruments d’agronomes, écologues, sociologues, architectes, ingénieurs, urbanistes, paysagistes et artistes, qui se réunirent autour d’un défi commun. Enfin, la mise en œuvre de ces politiques et schémas/projets a produit des paysages ruraux modernistes (PRM) qui ont rarement été considérés comme un objet de recherche transnational. Site web: www.modscapes.eu.
  • 2014-2018 :  « Espaces publics de la ville africaine entre usage et projet : le cas des villes d’origine précoloniale du Sud Bénin », projet de recherche – FNRS (ref. 19564207), promoteurs : Victor Brunfaut, Judith Le Maire, Yves Robert. Budget : 253.082 €. Chercheurs impliqués : Quentin Nicolaï. Le projet porte sur les espaces publics des villes de Porto-Novo, Ouidah, Abomey, Kétou, Savè, Djougou et Nikki au Bénin. Il s’agit de petites villes d’origine précoloniale, historiquement liées à des anciennes «royautés» au sein desquelles la notion d’espace public est souvent tiraillée entre les approches «traditionnelles» africaines et les approches laïques proposées par la modernité occidentale. Á la lumière de cette réflexion (et sur la base des études préliminaires menées sur le terrain), il est apparu que les espaces publics dans ces villes ne bénéficient pas d’approches adéquates de la part des différents acteurs qui ne prennent pas assez en compte cette complexité, notamment matérielle et immatérielle, de statuts et d’usages. En fait, la dimension sociale, culturelle et surtout religieuse liée aux pratiques vodun sont souvent étudiées selon une approche théorique totalement déconnectée du territoire qui ne permet pas de lire ces villes béninoises, sous l’angle de leur organisation spatiale, par ces pratiques cultuelles immatérielles. Forts de ce constat, les objectifs de la présente recherche se structurent en trois étapes : -développer une lecture pluridisciplinaire, dépassant les clivages entre les approches « traditionnelles » honorant les appartenances (dimension immatérielle, valeur symbolique, etc.), les acquis de la modernité importés par le colonialisme (liberté, neutralité, langage commun, etc.) et les retombées des « postcolonial studies » remettant au centre du débat le concept d’altérité et d’hybridité visant à faire éclater les généralisations manichéennes (tradition/progrès, indigènes/civilisés, etc.) imposées par le colonialisme; -identifier et comprendre comment la tension entre ces consciences plurielles de l’espace urbain se traduit dans les différentes villes étudiées au niveau spatial et architectural, mais aussi au niveau des modes de gestion développés par les acteurs locaux; -développer une démarche de projet basée sur ce processus d’observation, d’identification, de compréhension et d’opérationnalisation des potentialités des espaces urbains en vue de favoriser un développement urbain, non pas généré par des approches exogènes et autoritaires, mais au contraire contextualisé à travers les stratifications de l’histoire précoloniale, coloniale et postcoloniale dans leurs dimensions matérielles et immatérielles.
  • 2013-2018 : « Local Capacity Building for Sustainable Urban Development of Small Regional Towns in Ethiopia : the Case of Amdewerk », Projet de recherche pour le développement, programme CUD 2013, promoteurs belges : Luisa Moretto (HABITER – ULB), Oswald Dellicour, Jan Bogaert (Gembloux agro-biotech, ULg), Philippe Bouillard (Faculté des sciences appliquées – école polytechnique, dép. BATir-AIA, ULB) ; promoteurs locaux : Fisseha Wegayehu (EiABC : Ethiopian Institute of Architecture, Building Construction and City Development – Université d’Addis Ababa). Budget : 547.000 €. Ce projet propose de répondre à la faiblesse des outils d’aménagement du territoire et des recherches en ce qui concerne les petites villes éthiopiennes, en développant, d’une part les capacités de recherche au sein de l’EiABC (à travers le financement de 4 bourses de doctorat et de leur encadrement), et de l’autre de créer un laboratoire d’aménagement du territoire multidisciplinaire qui pourra opérer comme médiateur et interface entre chercheurs, pouvoirs décisionnels et communautés locales des petites villes éthiopiennes.
  • 2016- 2017 : « Observatoire des pratiques innovantes. Phase 2. » Projet de recherche financé par Bruxelles-Environnement. Responsables du projet : Michaël Ghyoot (59.991€ HTVA). Chercheures impliquées: Isabelle Prignot, Sophie Vermeyen. Le projet de l’Observatoire des pratiques innovantes cherche à faciliter le transfert technico-pédagogique en matière d’innovation dans les bâtiments aux bénéfices des acteurs du secteur de la construction. Il a également pour objectif de renforcer les échanges entre les recherches en cours et les retours d’expériences issus de projets pilotes ou d’appels à projet. L’objectif est de favoriser l’ancrage régional des résultats de la recherche ainsi que leurs disséminations. Pour ce faire, il se base sur des expériences de terrain disponibles en RBC pour documenter, analyser et évaluer ces pratiques innovantes dans les chantiers en cours de réalisation ou terminés.
  • 2012-2017 : Création d’un « Centre de Compétence en Planification et Gestion Urbaine (CCPGU) » et « Master complémentaire en Urbanisme » auprès de l’Université de Lubumbashi (RDC), Programme Inter-universitaire Ciblé PIC-CUD, coordination :  Jan Bogaert (Gembloux agro-biotech, ULg) ; partenaires belges : Philippe Lecoq (HABITER – ULB), Philippe Bouillard (Faculté des Sciences appliquées – école polytechnique, département BATir – AIA, ULB), Yves Hanin (CREAT – UCL), Philippe Hanocq (ULg) ; partenaires lushois : César Nkuku Khonde (UNILU), François Munyemba (UNILU).

Projets achevés

  • 2014-2015 :  Observatoire des pratiques innovantes en RBC : Mise en place du « Comité Innovation » destiné à identifier les pratiques innovantes en construction durable à Bruxelles (études de bâtiments exemplaires lauréats des appels à projets Batex en Région de Bruxelles-Capitale), recherche de commande / expertise financée par IBGE – Bruxelles Environnement (promoteur : Bernard Deprez ; Michaël Ghyoot (janvier-mars 2016). Budget : 198.839 € (1 ETP réparti en 2 mi-temps pendant 2 ans : Chiraz Ben Dakhlia et Djenabo Fonseca Rangel). Cette recherche a consisté à identifier des domaines de pratiques innovantes dans les entreprises bruxelloises de la construction (préfabrication, étanchéité à l’air, matériaux, smart technologies, chaine d’étude) impliquées dans la réalisation des Batex (lauréats 2007-2013). L’analyse (chantiers, dossiers, interviews) a permis d’identifier des motifs de “pratiques innovantes” qui sont décrits dans des rapports techniques destinés à l’IBGE et ses partenaires (Innoviris, CSTC, CDR, etc.).