Pôles de recherche

HABITER associe les expertises et compétences acquises dans les laboratoires et options d’enseignement des instituts d’architecture préexistants au transfert à l’Université libre de Bruxelles : l’option Architecture-Développement-Patrimoine ; l’option Développement Urbain et Territorial ; l’option Architectures-Écologies-Durabilités ; l’option Paysage. D’autre part, HABITER s’enrichit des expertises et compétences provenant des recherches et initiatives individuelles de ses membres affiliés.

Actuellement, HABITER développe ses activités suivant 4 axes principaux, formant autant de pôles de recherche :

Le pôle Architecture – Développement – Patrimoine (ADP) est consacré aux questions d’architecture, d’urbanisme et de patrimoine dans leur lien aux problématiques de développement, dans une approche intégrée et transdisciplinaire. Architecture, urbanisme et patrimoine y sont envisagés dans leur dimension culturelle, à la fois produits et vecteurs d’un développement entendu comme processus de transformation ancré dans un lieu, porté par des acteurs et des référents culturels spécifiques. L’Afrique constitue son territoire privilégié de recherche, en concentrant l’attention sur les rapports entre le patrimoine entendu comme « matériau », et l’urbanisation comme « processus ». Parmi les partenaires privilégiés du pôle ADP, on citera l’École du Patrimoine Africain –EPA– de Porto-Novo, au Bénin ; l’Ecole Nationale d’Architecture de Rabat et Tétouan, et l’association Casamémoire, au Maroc ; l’Institut Supérieur d’Architecture et d’Urbanisme de Kinshasa, l’Institut National du Bâtiment et des Travaux Publics de Kinshasa, et l’Université de Lubumbashi, au Congo RDC.

Le pôle Développement Urbain et Territorial investigue les stratégies de développement urbain et territorial en place dans les pays du Sud et qui ont pour but d’explorer des approches alternatives et nouvelles à la planification. Les thématiques abordées dans ce centre (telles que les dynamiques de développement des petites villes, les services urbains en réseau, etc.) sont investiguées dans leur dimension historique, culturelle, sociale et de gouvernance pour comprendre la diversité des modèles de développement urbain et territorial et pour fournir des réponses adaptées aux différents contextes des pays du sud. Des études comparatives entre les changements qui ont lieu d’un côté dans les pays en développement et de l’autre dans ceux industrialisés sont également menées pour analyser les divergences ou les convergences de ces tendances au niveau global. Le pôle Développement Urbain et Territorial a établi des collaborations avec, entre autre, l’Équipe Monde Arabe et Méditerranéen – EMAM (UMR 6173 CITERES) de l’Université de Tours, avec le EiABC (Ethiopian Institute of Architecture, Building Construction & City Development) de l’Université de Addis Abeba, le KIST (Kigali Institute of Science and Technology) au Rwanda et la Faculté des Sciences et Techniques Béni Mellal, de l’Université de Beni Mellal au Maroc.

Le pôle Architectures – Écologies – Durabilités (AED) porte sur l’étude des médiations architecturales (en tant que formalisations spatiales) dans leur rapport à l’habitabilité (bâtiments, villes, territoires inscrits dans l’univers matériel et concret de l’écoumène) sous les aspects écologiques (pérennité et soutenabilité des écosystèmes) et durables (responsabilité et équité au cœur des sociosystèmes). Le collectif AED s’intéresse aux nouveaux « attendus » sociétaux qui se formulent sur la scène contemporaine de l’architecture et de la ville durables (construction durable, bâtiments exemplaires, écomatériaux, confort et santé, standards d’efficacité énergétique, référentiels d’écoconstruction, quartiers durables, rénovation urbaine, contrats de quartiers durables, métiers verts et filières, formation, etc.) et les interroge dans la capacité de l’architecture à continuer à produire de l’« inattendu » et de l’innovation. Le Collectif AED a développé des partenariats en Région de Bruxelles-Capitale (Bruxelles Environnement, Direction de la Rénovation Urbaine, Agence de Développement territorial, le Secrétariat au Logement, etc.), les asbl Plateforme Maison Passive (Namur) et Passiefhuis Platform (Anvers), Terre Académie, APERe, EGEB (États Généraux de l’eau à Bruxelles), l’IUP (Paris), etc. et s’est investi dans l’édition d’un magazine trimestriel dédié à l’architecture passive.

Le pôle Paysage recueillant l’invitation de la Convention européenne du Paysage (Florence, 2000), promeut au sein de la Faculté la diffusion des valeurs attachées au « paysage » et les questions relatives à sa protection, à sa gestion et à son devenir. Il reconnait dans l’émergence des enjeux écologiques la nécessité de renouveler les cadres de pensée des disciplines architecturales qui ont intégré les catégories de pensée héritées du « grand partage » opéré par la modernité occidentale. Dans le « paysage », les oppositions – nature et culture, macro et micro, rationalité et sensibilité, végétal et minéral, vivant et inerte, collectif et individuel, fonction et contexte, usage et perception, matérialité et imaginaire, solution et problème, mémoire et invention, forme et processus, permanent et évènementiel – se révèlent plutôt comme des associations coexistantes dans et collaborantes aux dynamiques écosystémiques du « paysage » envisagé comme terrain privilégié de maitrise des interrelations transcalaires entre problématiques environnementales, sociales, et culturelles. L’ambition du pôle Paysage est d’insinuer un déplacement et une critique constructive aux disciplines architecturales et à la société qui les produit et qu’elles participent à (re)produire. Ses intérêts principaux sont le développement de recherches fondamentales et appliquées autour des théories, histoires, critiques et pratiques de la conception et de la mise en œuvre du projet de paysage, sur le terrain bruxellois, belge, européen, méditerranéen et africain. Gembloux Agro-Bio Tech (ULg) et la Haute Ecole Charlemagne de Gembloux (ULg), avec lesquels la Faculté d’Architecture garantit la formation en architecture du paysage, sont les partenaires privilégiés, complémentaires et naturels du pôle Paysage. Des partenariats existent en outre avec l’Université de Montréal (chaire Unesco en paysage et environnement), l’EPFL – École Polytechnique Fédérale de Lausanne, l’IMLA – Master International en Architecture du Paysage (Université de Nürtingen-Geislingen et Département d’Architecture du Paysage de l’Université de Sciences Appliquées de Weihenstephan-Triesdorf, Allemagne), le Département d’Architecture du Paysage de l’Institut des Sciences Agronomiques et Environnementales (Estonie).