Les Midis d’HABITER _ 02 avril 2019

Lors du prochain Midi d’HABITER, Francesca Pilo’ (Docteur en aménagement de l’espace et urbanisme au LATTS/Université Paris-Est et Chercheuse post-doc FNRS rattachée au Centre Habiter) présentera une communication intitulée « Gouvernance hybride du service d’électricité et citoyenneté à Rio de Janeiro et Kingston »

Cette présentation abordera les prémices d’un projet de recherche postdoctoral débuté en janvier 2019 à propos de la gouvernance des services d’électricités dans les quartiers précaires de Rio de Janeiro (Brésil) et Kingston (Jamaïque). L’objectif général est de questionner le rôle de ce service dans la formation de la citoyenneté urbaine dans des espaces urbains précaires (favelas et inner-city communities). En effet, bien que les infrastructures urbaines, en particulier les services en réseau, soient souvent appréhendés uniquement comme des systèmes techniques, ils sont des outils intrinsèquement politiques. Leur précarité, voir leur absence, symbolise souvent une relation défaillante entre les citadins et l’État. Or, cette relation citadin-infrastructures-état est souvent médiée par des acteurs non-étatiques, dont le rôle reste inexploré. Entreprises privées de distribution du service, mais aussi acteurs criminels (gangs et milices), ainsi que des coopératives d’usagers ou des start-up spécialisés en énergie solaire, sont des acteurs non-étatiques qui essayent directement ou indirectement de contrôler l’accès á ces infrastructures cruciales dans ces quartiers précaires. Ce projet questionne comment ces acteurs, entrent en compétition, coopèrent ou négocient leur place au sein de ces quartiers, avec l’hypothèse qu’à travers les modes de gouvernance de ces infrastructures, ces acteurs véhiculent des idées spécifiques de citoyenneté. Au-delà, ce projet s’intéresse également les enjeux politiques des outils techniques :compteurs (intelligents, à prépaiement, etc.), panneaux solaires, et d’autres technologies sont souvent introduites afin de transformer des relations commerciales, mais aussi de consommation et politiques. Cette présentation portera ainsi sur les enjeux principaux de la relation électricité-citoyenneté à Rio de Janeiro et Kingston dont la souveraineté territoriale de l’État dans certains quartiers reste contestée

Les Midis d’HABITER _ 26 mars 2019

Lors du prochain Midi d’HABITER, Patricia Noormahomed (Architecte, Doctorante en Patrimoine Architecturale à l’Université Polytechnique de Madrid, Espagne) présentera une communication intitulée « Le logement ‘moderne’ au Mozambique vers la fin de la période coloniale (1964-1975) : une utopie interrompue »

Dans le contexte d’affirmation de l’Impérialisme colonial portugais, sous le régime de l’Estado Novo, le Mozambique, comme d’autres territoires d’outre-mer, assistait à un processus accéléré de renouvellement urbain et architectural suivant les principes du Mouvement Moderne. Les programmes de logements se constituaient comme programmes privilégiés, vu la rapide croissance urbaine et l’augmentation démographique des habitants des villes, de plus en plus nombreux. La construction de grands complexes résidentielles et de plusieurs unités de logement ont mené à une profonde transformation du paysage urbain et surtout à une altération dans la compréhension et la conception de l’espace domestique. Des projets, parfois utopiques, ont visé à mettre en place de nouvelles façons d’habiter la ville coloniale moderne. 

Le début de la guerre anticoloniale en 1964, au contraire à ce à quoi on pourrait s’attendre, n’a fait qu’accélérer ce processus en le prolongeant jusqu’à l’Independence du pays en 1975. Un processus interrompu, ou plutôt, une utopie interrompue par l’Indépendance, non seulement parce que de nombreux bâtiments ont été laissé inachevés, mais parce qu’ils ont été poursuivis dans un contexte politique et social totalement diffèrent.

Notre présentation veut exposer brièvement l’histoire de l’architecture moderne, et en particulier du logement moderne, développée au Mozambique vers la fin de la période coloniale pour réfléchir à ses principes et mécanismes architecturaux et aux nouvelles formes d’adaptation et d’appropriation après l’Indépendance.

Les Midis d’HABITER _ 04 décembre 2018

Lors du prochain Midi d’HABITER, Guy Bakumba et Paul Tambani feront une présentation commune intitulée « Trafic et trafics, Nouveaux projets de réseau de transports publics à Kinshasa (PDTK : Plan Directeur de Transport de la ville de Kinshasa) et ses conséquences potentielles sur les polarités de service dans la métropole kinoise. »

L’extension fulgurante et non contrôlée de Kinshasa depuis l’indépendance congolaise est fondamentalement structurée par les pratiques de mobilité métropolitaine. L’infrastructure routière, liée aux grandes voies de circulation en lien avec l’arrière-pays, quand elle existe, forme le support à l’ensemble des services principaux pour les quartiers adjacents, en lien avec une activité intense de marché qui génère un conflit majeur entre la fonction originelle de transit de la voie et celle de la chalandise. Dans les zones éloignées des voies principales, ces services se structurent en polarités autour desquelles s’organisent les transports collectifs. Dans les deux cas, la priorité d’occupation de voirie n’a pas été tranchée, trafic et échanges étant en concurrence permanence.

Aujourd’hui se profile à Kinshasa une politique volontariste de transports collectifs, fondée, à l’image de nombreuses villes du Sud Global, sur la mise sur pied d’un réseau de bus en site propre. Quelles seront les conséquences spatiales et urbaines de la mise en œuvre d’un tel système de transport, sur les modes d’occupation et d’exploitation des voies principales de Kinshasa ? Comment envisager la prévalence du trafic routier sur les autres trafics, commerciaux, financiers, etc présents dans l’espace de mobilité kinois.

Guy Bakumba est urbaniste et enseignant à l’ISAU (Kinshasa), Chef de Division Unique au Ministère de l’Urbanisme et Habitat en RDC et doctorant à l’ULB, il consacre sa thèse à l’évolution de ces pôles de services et de mobilité à Kinshasa. Il a par ailleurs participé à l’élaboration du projet de nouveau mode de transports collectifs pour Kinshasa. Il présentera ce projet et discutera avec Paul Tambani de ses éventuelles implications sur les usages et sur l’espace au sien des polarités de service qui structurent l’extension spontanée de Kinshasa. Paul Tambani est architecte et enseignant à L’ISAU, Chef de Division au Bureau Technique de Contrôle au Ministère des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction en RDC  et doctorant à l’ULB. Sa thèse porte sur la structuration des marchés spontanés le long des routes principales de Kinshasa.

La discussion sera introduite et animée par Géry Leloutre.

Les Midis d’HABITER _ 22 mai 2018

Le prochain Midi d’HABITER sera présenté par Mardjoua Barpougouni (DEA en Archéologie à l’Ecole Doctorale Pluridisciplinaire « Espaces, Cultures et Développement », Université d’Abomey-Calavi et doctorant du centre HABITER, engagé dans le cadre du projet PDR F.R.S-FNRS “Espaces publics des villes d’origine précoloniale au Sud-Bénin”), le 22 mai 2018 dans le local Blackbox Be1.2 (premier étage coté Belvédère à gauche) , au premier étage de la Faculté d’Architecture et sera intitulé « Organisation et structure de Banikoara précolonial (nord-Benin).»

Lors de cette rencontre, Mardjoua Barpougouni nous fera une présentation qui portera sur une ville précoloniale située au Nord de l’actuelle République du Bénin, nommée Banikoara. Les traditions orales et certains documents écrits rattachent sa fondation et son essor au commerce caravanier. Selon certaines versions de la tradition orale, la ville précoloniale qui constitue aujourd’hui le « noyau ancien » de Banikoara était entouré d’une muraille défensive. L’organisation spatiale et la structure du bâti ainsi que les interrelations entre les occupants de ce « paysage historique » ne sont pas encore bien étudiés.

L’objectif de cette présentation est de mieux faire comprendre l’organisation spatiale et la structure du bâti du « noyau ancien » de Banikoara. La démarche méthodologique adoptée s’appuie sur les enquêtes orales, les sources écrites et la prospection archéologique. Enfin, nous  présenterons quelques perspectives de recherche pour une meilleure connaissance de l’architecture traditionnelle à Banikoara en particulier et celle du peuplement de la ville en général.

Les Midis d’HABITER _ 24 avril 2018

Le prochain Midi d’HABITER sera présenté par Kem Martial Nounagnon (architecte-ingénieur, diplômé de l’université Russe d’Architecture  et de Génie-civil de Voronej en Russie et doctorant du centre HABITER, engagé dans le cadre du projet PDR F.R.S-FNRS “Espaces publics des villes d’origine précoloniale au Sud-Bénin”), le 24 avril 2018 dans le local Co2.2/177 , au premier étage de la Faculté d’Architecture et sera intitulé « Médiations entre patrimoines afro-brésilien, colonial et architecture contemporaine.»

Lors de cette rencontre, Kem Martial Nounagnon nous fera une présentation qui portera sur la manière dont l’architecture contemporaine peut s’articuler avec des enjeux patrimoniaux que l’on retrouve dans les villes coloniales de Ouidah et Porto Novo, marquées par une architecture afro-brésilienne.

Au Bénin, la montée en puissance de la signature de l’architecte par l’explosion des formes de l’architecture contemporaine semble être difficilement réconciliable avec la notion de patrimoine. A travers des exemples de restaurations, de reprise partielle ou une simple insertion d’éléments d’architecture contemporaine sur des bâtiments patrimoniaux, nous constaterons la transformation de ces artefacts (objet-relique) en un patrimoine (objet dynamique) constituant un genre architectural particulier et indépendant permettant l’essor économique, environnemental, fonctionnel et culturel.

Nous évoquerons ainsi les cas de la villa Ajavon (actuel musée d’art contemporain) à Ouidah ; la Maison Migan à Porto-Novo ou encore l’ancienne résidence du Gouverneur Bayol (actuel siège de l’Assemblée Nationale) à Porto-Novo.

Les Midis d’HABITER _ 06 juin 2017

Le prochain Midis d’HABITER sera présenté par Dalia Perziani (ancienne étudiante La Cambre-Horta, ULB), le 06 juin 2017 dans le local BE 1.7, au premier étage de la Faculté d’Architecture et sera intitulé « Mbanza-Ngungu: archives et histoire au service de quel projet patrimonial ? »

Lors de cette rencontre, Dalia Perziani présentera son travail de fin d’étude portant sur la ville de Mbanza-Ngungu, dans la région du Kongo Central. L’idée de son mémoire est née suite à la fréquentation annuelle du cours Architecture, Développement et Patrimoine et grâce à l’opportunité d’avoir pu rejoindre en République Démocratique du Congo une équipe d’enseignants qui travaille fréquemment dans ce pays et s’interroge sur plusieurs aspects concernant son développement culturel. Mbanza-Ngungu, connue à l’époque coloniale sous le nom de Thysville, connaît aujourd’hui un développement important suite à la mise en place des politiques de décentralisation conduites par le gouvernement congolais. Fort de ce constat, la présente recherche vise l’approfondissement de l’histoire de Thysville comme ville coloniale et l’analyse de la manière dont son évolution est vécue aujourd’hui par ses habitants. Pour ce faire, elle met l’accent tant sur la conception générale de la ville, que sur les architectures spécifiques qui en sont dérivées. Concrètement, ce travail s’appuie sur une recherche approfondie des documents historiques, conduite surtout aux Archives Africaines de Bruxelles, et sur un recueil de témoignages et de photographies prises in situ.

Les Midis d’HABITER _ 16 mai 2017

Le prochain Midis d’HABITER sera présenté par Luisa Moretto et Marco Ranzato, le 16 mai 2017 dans le local 167 de la Faculté d’Architecture et sera intitulé : Geographies of Water, Energy and Waste Service Coproduction

Cette rencontre aura lieu autour de la publication récente d’un numéro spécial de la revue “Urban Research & Practice” édité par Luisa Moretto et Marco Ranzato intitulé “Geographies of Water, Energy and Waste Service Coproduction”.

We explore the implications of coproducing water, energy and waste services in terms of both accessibility and environmental sustainability. According to a socionatural standpoint, provision extent and resources metabolized by the services are equally regarded employing a threefold conceptual framework integrating actor/flow and area fields. A rich variety of service coproduction geographies in terms of actors involved, resources mobilized and urban spaces covered emerges. More importantly, coproduction of water, energy and waste services proves to leverage on both service accessibility and environmental sustainability of the related resources.