Les Midis d’HABITER _ 02 avril 2019

Lors du prochain Midi d’HABITER, Francesca Pilo’ (Docteur en aménagement de l’espace et urbanisme au LATTS/Université Paris-Est et Chercheuse post-doc FNRS rattachée au Centre Habiter) présentera une communication intitulée « Gouvernance hybride du service d’électricité et citoyenneté à Rio de Janeiro et Kingston »

Cette présentation abordera les prémices d’un projet de recherche postdoctoral débuté en janvier 2019 à propos de la gouvernance des services d’électricités dans les quartiers précaires de Rio de Janeiro (Brésil) et Kingston (Jamaïque). L’objectif général est de questionner le rôle de ce service dans la formation de la citoyenneté urbaine dans des espaces urbains précaires (favelas et inner-city communities). En effet, bien que les infrastructures urbaines, en particulier les services en réseau, soient souvent appréhendés uniquement comme des systèmes techniques, ils sont des outils intrinsèquement politiques. Leur précarité, voir leur absence, symbolise souvent une relation défaillante entre les citadins et l’État. Or, cette relation citadin-infrastructures-état est souvent médiée par des acteurs non-étatiques, dont le rôle reste inexploré. Entreprises privées de distribution du service, mais aussi acteurs criminels (gangs et milices), ainsi que des coopératives d’usagers ou des start-up spécialisés en énergie solaire, sont des acteurs non-étatiques qui essayent directement ou indirectement de contrôler l’accès á ces infrastructures cruciales dans ces quartiers précaires. Ce projet questionne comment ces acteurs, entrent en compétition, coopèrent ou négocient leur place au sein de ces quartiers, avec l’hypothèse qu’à travers les modes de gouvernance de ces infrastructures, ces acteurs véhiculent des idées spécifiques de citoyenneté. Au-delà, ce projet s’intéresse également les enjeux politiques des outils techniques :compteurs (intelligents, à prépaiement, etc.), panneaux solaires, et d’autres technologies sont souvent introduites afin de transformer des relations commerciales, mais aussi de consommation et politiques. Cette présentation portera ainsi sur les enjeux principaux de la relation électricité-citoyenneté à Rio de Janeiro et Kingston dont la souveraineté territoriale de l’État dans certains quartiers reste contestée

Les Midis d’HABITER _ 26 mars 2019

Lors du prochain Midi d’HABITER, Patricia Noormahomed (Architecte, Doctorante en Patrimoine Architecturale à l’Université Polytechnique de Madrid, Espagne) présentera une communication intitulée « Le logement ‘moderne’ au Mozambique vers la fin de la période coloniale (1964-1975) : une utopie interrompue »

Dans le contexte d’affirmation de l’Impérialisme colonial portugais, sous le régime de l’Estado Novo, le Mozambique, comme d’autres territoires d’outre-mer, assistait à un processus accéléré de renouvellement urbain et architectural suivant les principes du Mouvement Moderne. Les programmes de logements se constituaient comme programmes privilégiés, vu la rapide croissance urbaine et l’augmentation démographique des habitants des villes, de plus en plus nombreux. La construction de grands complexes résidentielles et de plusieurs unités de logement ont mené à une profonde transformation du paysage urbain et surtout à une altération dans la compréhension et la conception de l’espace domestique. Des projets, parfois utopiques, ont visé à mettre en place de nouvelles façons d’habiter la ville coloniale moderne. 

Le début de la guerre anticoloniale en 1964, au contraire à ce à quoi on pourrait s’attendre, n’a fait qu’accélérer ce processus en le prolongeant jusqu’à l’Independence du pays en 1975. Un processus interrompu, ou plutôt, une utopie interrompue par l’Indépendance, non seulement parce que de nombreux bâtiments ont été laissé inachevés, mais parce qu’ils ont été poursuivis dans un contexte politique et social totalement diffèrent.

Notre présentation veut exposer brièvement l’histoire de l’architecture moderne, et en particulier du logement moderne, développée au Mozambique vers la fin de la période coloniale pour réfléchir à ses principes et mécanismes architecturaux et aux nouvelles formes d’adaptation et d’appropriation après l’Indépendance.

Eau de pluie – Intervention de Catalina C. Dobre dans l’émission radio « Les Éclaireurs » sur la1ère – RTBF

Catalina Codruta Dobre, architecte et doctorante à la faculté d’architecture La Cambre Horta de l’Université libre de Bruxelles , a participé le samedi 15 décembre 2018 à l’émission « Les Éclaireurs » sur la1ère – RTBF. Elle a parlé de ses recherches doctorales en cours. Elle a retrouvé en studio d’autres chercheurs: François Massonnet ( Université Catholique de Louvain ) et Pascal Rivière (Haute école du Hainaut).

LES ECLAIREURS RTBF mettent en lumière la richesse et la variété des recherches et de ses acteurs en Fédération Wallonie-Bruxelles. Fabienne Vande Meerssche donne la parole à nos chercheurs qui y expliquent leurs recherches, leurs découvertes, leurs motivations.
Sur le site web LES ECLAIREURS, des documents validés par les chercheurs (vidéos, graphiques, études) complèteront l’émission radio et en prolongeront l’approche. L’hebdo radio et le site sont les premières étapes du projet RTBF-Universités-Hautes Ecoles-Ecoles Supérieures des Arts, qui veut relier nos chercheurs et nos publics, les uns et les autres unis dans une communauté du savoir.

Pour avoir accès au podcast, vous pouvez cliquer sur les liens suivants :

https://www.rtbf.be/lapremiere/article/detail_les-eclaireurs-modeles-climatiques-robot-relationnel-et-eau-de-pluie?id=10098127&fbclid=IwAR1cRIfLo6smYkgHpA1AuumFP0XlvOoVfey4ivRG9rD53uetWQ9R4A9Yf-U

https://player.fm/series/les-claireurs-1541685/les-eclaireurs-modeles-climatiques-robot-relationnel-et-eau-de-pluie-15122018

Les Midis d’HABITER _ 04 décembre 2018

Lors du prochain Midi d’HABITER, Guy Bakumba et Paul Tambani feront une présentation commune intitulée « Trafic et trafics, Nouveaux projets de réseau de transports publics à Kinshasa (PDTK : Plan Directeur de Transport de la ville de Kinshasa) et ses conséquences potentielles sur les polarités de service dans la métropole kinoise. »

L’extension fulgurante et non contrôlée de Kinshasa depuis l’indépendance congolaise est fondamentalement structurée par les pratiques de mobilité métropolitaine. L’infrastructure routière, liée aux grandes voies de circulation en lien avec l’arrière-pays, quand elle existe, forme le support à l’ensemble des services principaux pour les quartiers adjacents, en lien avec une activité intense de marché qui génère un conflit majeur entre la fonction originelle de transit de la voie et celle de la chalandise. Dans les zones éloignées des voies principales, ces services se structurent en polarités autour desquelles s’organisent les transports collectifs. Dans les deux cas, la priorité d’occupation de voirie n’a pas été tranchée, trafic et échanges étant en concurrence permanence.

Aujourd’hui se profile à Kinshasa une politique volontariste de transports collectifs, fondée, à l’image de nombreuses villes du Sud Global, sur la mise sur pied d’un réseau de bus en site propre. Quelles seront les conséquences spatiales et urbaines de la mise en œuvre d’un tel système de transport, sur les modes d’occupation et d’exploitation des voies principales de Kinshasa ? Comment envisager la prévalence du trafic routier sur les autres trafics, commerciaux, financiers, etc présents dans l’espace de mobilité kinois.

Guy Bakumba est urbaniste et enseignant à l’ISAU (Kinshasa), Chef de Division Unique au Ministère de l’Urbanisme et Habitat en RDC et doctorant à l’ULB, il consacre sa thèse à l’évolution de ces pôles de services et de mobilité à Kinshasa. Il a par ailleurs participé à l’élaboration du projet de nouveau mode de transports collectifs pour Kinshasa. Il présentera ce projet et discutera avec Paul Tambani de ses éventuelles implications sur les usages et sur l’espace au sien des polarités de service qui structurent l’extension spontanée de Kinshasa. Paul Tambani est architecte et enseignant à L’ISAU, Chef de Division au Bureau Technique de Contrôle au Ministère des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction en RDC  et doctorant à l’ULB. Sa thèse porte sur la structuration des marchés spontanés le long des routes principales de Kinshasa.

La discussion sera introduite et animée par Géry Leloutre.

Through Local Eyes – International Conference

The conference « Through Local Eyes: Place-based approaches to emerging architectural, urban design and planning challenges in Africa and the Global South » finished few days ago. The organising committee would once again like to thank all the participants for making this event so stimulating and exciting. We hope to continue the discussion started with each of you and we wish you all the best in your research activities.

Looking forward to meet each of you again,

____________________________

Quelques jours sont déjà passés depuis que la conférence s’est achevée et l’ensemble du comité d’organisation souhaiterait encore une fois remercier tous les participants, qui ont rendu cet évènement aussi stimulant et passionnant ! Nous espérons pouvoir continuer le dialogue entamé avec chacun d’entre vous et vous souhaitons le meilleur dans vos recherches. Encore merci !

Dans l’attente de revoir chacun d’entre vous,

Credits Photo © Nebiyu Sultan, EiABC, 2018

Through Local Eyes – International Conference (29 – 31 October 2018)

The HABITER center is part of the organizing team of conference “Through Local Eyes: Place-based approaches to emerging architectural, urban design and planning challenges in Africa and the Global South”.

The conference is a joint initiative of research groups working in the Université libre de Bruxelles, the University of Addis Ababa and the Université de Liège, and will take place at the UNCC-AA, the UN-ECA’s Conference Center, in Addis Ababa (Ethiopia), from the 29th to the 31th October 2018.

Our conference is conceived as a platform for researchers, PhD students, academics, decisions makers and practitioners whose work engage local approaches to the built environment at different scales in the Global South and in particular in Africa.

We encouraged contributions developing place-based approaches to emerging architectural, urban design and planning challenges in Africa and the Global South, with a twofold objective. First, to explore the possibility of overcoming Western-based dominant approaches to urban planning and development, testing alternative visions and paradigms. Second, to question the tendency towards replicating and reproducing of strategies borrowed from metropolitan contexts to different urban settings, especially allegedly backward territories. We particularly appreciated contributions that are based on an empirical confrontation with reality and that aim to:

  1. singling out site-based local/urban practices and development strategies, emphasizing their adaptation/conformity/proximity to their specific geographic setting (rural, suburban, urban, metropolitan, …);
  2. challenging the assumptions of modernist and/or dominant architectural and planning theories and their use in situations radically different from those for which such theories were devised in the first place;
  3. testing and formulating new and unforeseen concepts, theories, research paradigms stemming from the specific “urbanities” of Africa and the Global South.

For more informations : https://www.conferenceaddis2018.org/