Appel (conférence): “Modernisme, modernisation et paysage rural”

« MODERNISM, MODERNISATION AND THE RURAL LANDSCAPE »

est une conférence internationale organisée par MODSCAPES, qui se tiendra du 10 au 13 juin 2018 à Tartu, deuxième ville d’Estonie, et ville d’accueil de la Estonian University of Life Sciences, partenaire du projet MODSCAPES.

Immeubles à appartements dans le kolkhoze “Padise” (lit. sophistiqué) en Estonie, vue panoramique, années 1970. Architectes: Boris Mirov, Peep Jänes, Tõnu Mellik, (Source: Estonian Architectural Museum, EAM Fk 7758, http://www.muis.ee/en_GB/museaalview/2637436)

MODSCAPES : Modernist re-inventions of the rural landscape (https://modscapes.eu) est un projet de recherche collaborative européen qui figure parmi les 18 projets financés pendant la période 2016-2019 dans le cadre du 3ème appel conjoint du réseau HERA – Humanities in the European Research Area (co-financé par le FNRS) et dédié aux « Usages du Passé » (http://heranet.info).

Cet évènement vise à :

  • Rassembler les chercheurs, praticiens, décisionnaires et citoyens concernés par les « paysages ruraux modernistes »
  • Établir un panorama élargi des cas d’études et approches non représentés dans le cadre de MODSCAPES ;
  • Renforcer le réseau international de MODSCAPES.

Par ailleurs, cette conférence accueillera également le 5ème Baltic Landscape Forum, un événement organisé par CIVILSCAPE, organisation non-gouvernementale associée au projet MODSCAPES, et s’adressant en particulier aux décisionnaires, fonctionnaires publics et professionnels actifs dans le domaine du paysage dans la région baltique.

Enfin, l’événement est candidat à l’inscription dans le programme officiel de l’année européenne du patrimoine culturel 2018 (EYCH2018 – European Year of Cultural Heritage : https://ec.europa.eu/culture/european-year-cultural-heritage-2018).

Le programme de la conférence prévoit un séminaire doctoral accompagné de l’exposition de posters scientifiques, la présentation de contributions scientifiques, l’organisation d’activités de formation, ainsi qu’une série de conférences plénières de la part d’experts dans le domaine (https://modscapes.eu/conference2018/keynote-speakers/).

Toutes les contributions acceptées seront publiées sous formes d’actes, et une sélection des meilleures contributions fera l’objet de publication dans un ou plusieurs volumes dédiés de périodiques scientifiques.

Extrait de l’appel à contributions, posters, formations et workshops
https://modscapes.eu/conference2018/call-for-papers/

L’impact du Mouvement Moderne et du processus de modernisation sur les paysages ruraux en Europe et jusqu’au-delà, est un phénomène peu connu, qui exerce pourtant encore ses effets dans notre réalité.

Récemment, une attention grandissante a été dédiée au paysage rural par des disciplines aussi diverses que la géographie, la sociologie rurale, et les pratiques du projet spatial comme l’architecture du paysage, l’architecture et l’urbanisme. Elles y ont reconnu un référentiel émergent de pratiques et réflexions, questionnant le « divorce » entre projet et agriculture après la Seconde Guerre mondiale.

Le Mouvement Moderne (en particulier en art, architecture, paysagisme et urbanisme) a commencé à investir la sphère du rural dès la moitié du 19è siècle (dans le cadre des expérimentations du socialisme utopique, des réformismes d’état radicaux, et de la philanthropie illuminée), et plus encore à partir des années 1920 dans le cadre des dernières grandes campagnes de colonisation et de l’émergence des nouveaux mouvements politiques de l’époque : fascisme, socialisme, communisme, sionisme, anarchisme, communalisme, coopérativisme, … S’attachant au sort de groupes sociaux « problématiques », de terres peu ou sous-productives, et au retard dramatique du secteur agricole, des acteurs aussi différents que des États-Nation, des organisations paraétatiques, des mouvements locaux de base, voire des individus se sont engagés dans des programmes plus ou moins ambitieux visant à réorganiser les campagnes. Avec le support d’experts scientifiques, ils commencèrent à imaginer, planifier et mettre en œuvre des idées radicalement neuves. À travers l’usage sélectif du passé et de la tradition, ils « réinventèrent » des ruralités sans précédents. Les paysages d’agriculture intensive et mécanisée auxquels ces projets ont donné naissance, les nombreux villages de fondation, exploitations agricoles, infrastructures hydrauliques et de transport, les héritages sociaux et culturels de l’époque, sont autant d’objet de recherche dont l’existence et la signification sociétale attendent d’être dévoilées.

La conférence invite les chercheurs de toutes disciplines à partager leurs travaux sur les thèmes suivants :

  • Le rôle des systèmes politiques dans les projets de réorganisation rurale, de colonisation interne et de construction des États-Nation ;
  • Style et nature du modernisme dans les projets de nouveaux villages et architectures rurales ;
  • L’impact de la modernisation agricole (mécanisation, irrigation, programmation culturale, monoculture, fertilisation, pesticides) sur la structure et le fonctionnement des paysages ruraux et naturels ;
  • Le visage de la modernité rurale dans les films, la photographie, l’art, la propagande, et la littérature ;
  • Comment les structures sociales ont été modifiées par les processus politiques et économiques de modernisation rurale ;
  • Mémoires, histoires, et voix des personnes qui guidé la modernisation rurale ou y ont participé en qualité de paysans, villageois, colons ;
  • L’héritage physique de la modernisation rurale telle qu’elle s’exprime dans le paysage et l’architecture (qu’il soit encore en usage, abandonné ou en ruine)
  • Expériences pilotes et modèles : fermes expérimentales, villages modèles des expositions internationales, fermes-prison, écoles modèles d’agriculture… ;
  • Ingénierie sociale : construction, reconstruction et déconstruction de nouvelles identités rurales ;
  • […]

Les contributions affronteront un ou plusieurs de ces thèmes à toute échelle : du bâtiment ou site singulier à des politiques nationales, voire des comparaisons transnationales.

La période d’intérêt est le 20è siècle « bref », mais les contributions peuvent traiter de cas d’études datant du « long » 19è siècle, voire de problèmes, débats, pratiques ou expérimentations actuelles.

Le cadre géographique de référence sera principalement celui de l’Europe et de ses influences au-delà de ses frontières, sans exclure les contributions traitant de cas d’études situés ailleurs.

Dans l’ensemble, la conférence vise à dresser, probablement pour la première fois, un état des lieux international de la variété d’expérience et contextes témoignant de l’engagement du modernisme envers la question rurale. En particulier, elle vise à vérifier la pertinence du concept de « paysage rural modernisme » pour encadrer la multitude et le caractère transnational d’épisodes locaux, régionaux et nationaux dans l’histoire des paysages, de l’environnement, de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.