Eau et paysage urbain dans la vallée du Molenbeek

Dans le cadre du projet Co-create Brusseau (Brussels sensible à l’eau)*, le centre Habiter vous invite à une conférence (CIVA, 21 novembre à 20 : 00)  et un atelier (Vallée du Molenbeek, 22 novembre, de 10 :00 – 16 :30)  avec Christian Piel (Urban Water, Paris).

Christian Piel  architecte et urbaniste spécialisé dans l’intégration de l’eau dans le paysage urbain est connu à Bruxelles où il donne des formations aux professionnels. Il a produit des études pour Bruxelles Environnement dont ‘Eau de pluie, un atout pour l’espace urbain’.

Le bassin versant du Molenbeek va faire l’objet d’une grande attention dans les années à venir. Le Plan de gestion de l’Eau le mentionne. Brusseau y mène sa recherche afin de concrétiser avec les communautés hydrologiques de Jette sud et nord le concept de solidarité de bassin versant. Le comité d’accompagnement du Molenbeek réunissant les quatre communes de cette vallée soutient la production de ces ateliers.

Prenant appui sur la vallée du Molenbeek comme terrain d’expérience, la conférence et l’atelier est ouvert à tous les bruxellois qui se sentent concernés par ces questions : habitants et comités impliqués, experts, services de gestion de l’eau et de l’aménagement du territoire, étudiants et professeurs, décideurs et décidés, etc.

Détails sur l’organisation de l’atelier :

10h | visite commentée par Christian Piel d’une des situations. Rendez-vous : Taverne Ter Linden (CC Esseghem) 329 rue Léopold Ier, 1090 Bruxelles Bus : 49 et 88 arrêt Loyauté

12h30 | Lunch

13h30 | Travaux pratiques sur carte autour de plusieurs situations. Pavillon Wouters – 12 rue A.Wouters, 1090 Jette Bus : 13, arrêt Soetens et 53, arrêt Dieleghem

Réservation obligatoire pour le lunch pendant l’atelier et l’après-midi : brusseau.lab@gmail.com

*Brusseau est un projet de recherche-action participative financé dans le cadre du projet Co-create d’Innoviris. L’idée est de rendre plus résilient notre territoire face aux inondations et à la gestion de l’eau en général. Notre hypothèse est de travailler sur la base de la participation d’habitants réunis dans le cadre de ce que nous nommons les communautés hydrologiques (au nombre de quatre : Forest sud et nord et Jette sud et nord). Quatre approches sont proposées : la mesure des flux par des appareils de mesure décentralisés, les Nouvelles rivières urbaines, les Ilots d’eau et la recherche  historique.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.