Actualités

Profil de recherche _ Jean-François PINET

Jean-François Pinet a grandi au Sénégal. Après une licence d’architecture effectuée à l’ENSA Paris Malaquais, il s’inscrit en master à la Faculté d’Architecture La Cambre-Horta, dont il sortira diplômé en Architecture et Art de Bâtir en 2013. Durant son master et jusqu’en 2016, il a eu l’occasion de participer au projet ERC Crossroads of Empires, archaeology, material culture and socio-political relationships in west Africa, dirigé par Anne Haour (Sainsbury Research Unit, UEA), en étudiant s’il était possible d’effectuer une comparaison entre la morphologie des villages contemporains et les formes bâties découvertes par les archéologues dans le Dendi, une région située à la frontière entre le Bénin, le Burkina Faso, le Niger et le Nigéria, le long du fleuve Niger.

Sa recherche doctorale, effectuée sous la direction de Victor Brunfaut et financée par le FRS-FNRS depuis 2015 (mandat ASP), s’inscrit dans la continuité de ce travail et consiste à étudier l’évolution de l’environnement bâti du Dendi depuis le 19e siècle à nos jours. Si la société, l’histoire, la culture matérielle du Dendi et des régions limitrophes ont fait l’objet d’un certain nombre d’études, l’environnement bâti du Dendi n’a cependant jamais été étudié, à l’instar de nombreuses régions rurales en Afrique. La recherche de Jean-François Pinet vise donc à pallier à ce manque en produisant un corpus de documents inédits illustrant l’environnement bâti actuel du Dendi béninois, en profonde mutation depuis la période coloniale. Ce travail de recherche d’a pas pour but de préconiser des actions auprès des pouvoirs publics mais de permettre un travail de mémoire car un grand nombre de techniques constructives et de singularités de l’environnement bâti traditionnel sont actuellement en voie de disparition. Par ailleurs, en étudiant les différents villages de la région de manière transcalaire, le second objectif de sa recherche consiste à enrichir et développer les réflexions liées aux représentations de la ruralité en Afrique de l’Ouest. Cet enrichissement est à considérer tant en termes de méthodes de relevé et d’analyse que de remise en question des imaginaires habituels de la ruralité.

Jean-François Pinet est affilié aux centres de recherches HABITER et Sasha. Ses intérêts de recherche sont l’architecture vernaculaire contemporaine, l’architecture “ordinaire” et résidentielle, la ruralité et les imaginaires qui lui sont associés, la question de la modernité dans les milieux ruraux, la cartographie et les méthodes de recherche et d’analyse en architecture (notamment la phénoménologie et les méthodes d’analyse typo-morphologiques).

Publication On line _ Manuel de terrain en archéologie africaine

Deux membres du centre HABITER, Victor Brunfaut et Jean-François Pinet, ont co-écrit un article traitant de l’étude de l’architecture dans un Manuel de terrain en archéologie africaine. Le chapitre dans lequel a été publié cet article regroupe une série d’interventions traitant de la manière dont il est possible de formuler des approches historiques qui partent de l’étude des situations présentes plutôt que du passé.

Le manuel, dans son ensemble, vise à expliquer des concepts essentiels se rapportant à la conduite du travail archéologique de terrain en Afrique. 63 auteurs et éditeurs couvrent des sujets spécifiques, sur base de leur expérience pratique de terrain.
L’objectif principal est de fournir des notes concises et faciles à lire qui puissent être consultées pendant le travail sur le terrain. Chaque chapitre correspond à une phase bien particulière du processus de recherche, depuis la manière de localiser un site et de le fouiller, jusqu’à la manière de publier les résultats, en passant par celle de cataloguer et interpréter les trouvailles.

Le manuel, qui fait partie de la collection “Documents de Sciences humaines et sociales” est uniquement disponible en ligne sur le site internet du Musée royal de l’Afrique Centrale, en français ou en anglais. Il comprend 9 parties et un total de 79 textes. Il est possible de télécharger l’ensemble du manuel ou chaque chapitre individuellement, en haute ou en basse résolution.

Ce projet a été soutenu par la Coopération belge au Développement (DGD).
Pour plus d’informations : http://www.africamuseum.be/home

Profil de recherche _ Catalina C. DOBRE

Catalina Codruta Dobre a commencé son cursus à l’Université d’Architecture et d’Urbanisme ION MINCU à Bucarest (Roumanie) en 2006. Après une année Erasmus en 2010 à la Faculté d’Architecture La Cambre-Horta, elle décide d’y poursuivre ses études de master et sort diplômée en 2012 en Architecture. Suite à sa participation au workshop à Ishinomaki, Japon, consacré à la reconstruction de la ville après un désastre naturel, Catalina Codruta Dobre commence à s’intéresser à la relation entre l’urbanisme et la gestion de l’eau. Elle se décide alors à faire un doctorat sur un sujet très actuel à Bruxelles, “La gestion alternative de l’eau de pluie comme catalyseur pour arriver à une ville sensible à l’eau”.

Sa recherche doctorale est financée par le FRS-FNRS en cadre des centres de recherche HABITER et LoUIsE (CLARA), sous la direction de Luisa Moretto. Catalina Codruta Dobre est active dans l’organisation des workshops autour de la gestion des risques naturels liés à l’eau et le développement durable pour les étudiants en architecture en collaboration avec la société civile.

Catalina Codruta Dobre est lauréate du Prix Green Talents 2015 organisé par le Ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche Allemand grâce à l’interdisciplinarité de ses recherches sur la gestion sensible de l’eau en ville et sa participation active dans le milieu associatif.

Les Midis d’HABITER _ 16 mai 2017

Le prochain Midis d’HABITER sera présenté par Luisa Moretto et Marco Ranzato, le 16 mai 2017 dans le local 167 de la Faculté d’Architecture et sera intitulé : Geographies of Water, Energy and Waste Service Coproduction

Cette rencontre aura lieu autour de la publication récente d’un numéro spécial de la revue “Urban Research & Practice” édité par Luisa Moretto et Marco Ranzato intitulé “Geographies of Water, Energy and Waste Service Coproduction”.

We explore the implications of coproducing water, energy and waste services in terms of both accessibility and environmental sustainability. According to a socionatural standpoint, provision extent and resources metabolized by the services are equally regarded employing a threefold conceptual framework integrating actor/flow and area fields. A rich variety of service coproduction geographies in terms of actors involved, resources mobilized and urban spaces covered emerges. More importantly, coproduction of water, energy and waste services proves to leverage on both service accessibility and environmental sustainability of the related resources.

Publication dans Projets de paysage, n°15

« Ce quinzième numéro de la revue Projets de paysage propose d’interroger l’activité d’observation dans le domaine du paysage et du projet de paysage, ses pratiques et ses dispositifs. Il part de la conviction qu’à l’heure où les observatoires de paysage se multiplient sous l’impulsion de nombreuses institutions et collectivités territoriales, une large imprécision enveloppe encore les approches en ce domaine. »

Extrait de l’éditorial de Bernard Davasse

Yogan Muller, Kapelluhraun, Islande, juin 2015.

Yogan Muller, doctorant au sein d’Habiter, publie « Curiosités de l’observation photographique » dans le quinzième numéro de Projets de paysage. Il revient en détail sur la « neutralité », le « détachement », le « retrait » ; des substantifs souvent amalgamés pour décrire la démarche des photographes de paysage.

A l’appui d’un entretien avec le photographe belge Gilbert Fastenaekens, Yogan Muller montre que lorsque des photographes sont en mission, c’est engagés tout entier sur le terrain d’une écriture photographique qu’ils s’occupent du paysage, d’un regard instruit, certes, mais aussi lourdement instrumenté.

Quant aux images photographiques, c’est parce qu’elles sont prises dans une longue séquence d’attachements techniques que l’idée même d’un détachement paraît douteuse.

Des images de Gilbert Fastenaekens composent l’iconographie de l’article.

Pour le lire en ligne : http://www.projetsdepaysage.fr/curiosit_s_de_l_observation_photographique