Les Midis d’HABITER _ 26 mars 2019

Lors du prochain Midi d’HABITER, Patricia Noormahomed (Architecte, Doctorante en Patrimoine Architecturale à l’Université Polytechnique de Madrid, Espagne) présentera une communication intitulée « Le logement ‘moderne’ au Mozambique vers la fin de la période coloniale (1964-1975) : une utopie interrompue »

Dans le contexte d’affirmation de l’Impérialisme colonial portugais, sous le régime de l’Estado Novo, le Mozambique, comme d’autres territoires d’outre-mer, assistait à un processus accéléré de renouvellement urbain et architectural suivant les principes du Mouvement Moderne. Les programmes de logements se constituaient comme programmes privilégiés, vu la rapide croissance urbaine et l’augmentation démographique des habitants des villes, de plus en plus nombreux. La construction de grands complexes résidentielles et de plusieurs unités de logement ont mené à une profonde transformation du paysage urbain et surtout à une altération dans la compréhension et la conception de l’espace domestique. Des projets, parfois utopiques, ont visé à mettre en place de nouvelles façons d’habiter la ville coloniale moderne. 

Le début de la guerre anticoloniale en 1964, au contraire à ce à quoi on pourrait s’attendre, n’a fait qu’accélérer ce processus en le prolongeant jusqu’à l’Independence du pays en 1975. Un processus interrompu, ou plutôt, une utopie interrompue par l’Indépendance, non seulement parce que de nombreux bâtiments ont été laissé inachevés, mais parce qu’ils ont été poursuivis dans un contexte politique et social totalement diffèrent.

Notre présentation veut exposer brièvement l’histoire de l’architecture moderne, et en particulier du logement moderne, développée au Mozambique vers la fin de la période coloniale pour réfléchir à ses principes et mécanismes architecturaux et aux nouvelles formes d’adaptation et d’appropriation après l’Indépendance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.